Dimitri de Perrot

MYOUSIC - Où va le son quand je ne l’entends plus ?
Dimitri de Perrot
avec Julian Sartorius

Imaginez, vous allez à un concert et vous entendez et voyez rien – bien que la représentation ait déjà commencé. Imaginez que ce concert n’est d’abord qu’un fond sonore, qui joue avec le rien, qui célèbre le petit moment de pause avant l’ouverture, qui savoure la tension avant l’explosion. Et qui joue avec vous, avec vos exigeances et vos réactions. Vous êtes un composant élémentaire de la soirée. Vous agissez en faiseur de son, en instrument, en caisse de résonance. Vous êtes interprète et auditeur. Et tout à coup vous remarquerez que votre siège frémit, que vous entrez en pulsion et commencez à vibrer avec tout ce qui vous entoure. Et soudain vous pouvez voir des sons, même vos pensées deviennent consonance. Dans ce but, l’artiste sonore et metteur en scène Dimitri de Perrot place dans MYOUSIC le batteur bernois Julian Sartorius sur scène à l’écoute de tout ce qui l’entour. MYOUSIC vous donne accès à de nouveaux univers sonores, vous emporte à travers toute la salle portés par ses histoires accoustiques et vous enmène avec sound et groove au delà du foyer, vers la ville et le monde.

Pour MYOUSIC, Dimitri de Perrot s’est placé dans le public et s’est demandé: d’où provient vraiment la musique - de la scène devant moi ou de ma perception au milieu des spectateurs? Il en résulte un moment scénique, insolite, sans acteur, fait de sons et de rythmes: un batteur et une sculpture sonore qui racontent l’histoire d’une représentation, d’une pièce ou d’un concert. Le public, l’espace et la musique, chacun pour soi et tous ensemble, sont le sujet de cette soirée.

Imaginez, renvoyé à vous-même vous devenez un concert. 
Imaginez, vous êtes la musique.

VOIX DE LA PRESSE
«Une expérience de théâtre magique.» – bz Bâle
«Dimitri de Perrot nous fait penser la mise en scène théâtrale en termes d’écoute pure, sans les corps, sans les images, en tirant des bruits (...) une matière palpable, un personnage en soi.» – Tribune de Genève
«Soudainement, on voit la musique. Elle s’est incarnée en un personnage qui a pris place sur la scène.» – SonntagsZeitung
«Infatigable créateur sonore, Dimitri de Perrot n’a jamais cessé de nous surprendre.» – Télérama
«MYOUSIC évoque le pouls du moment, le présent vivant.» – Radio SRF 2
«MYOUSIC ouvrent les pores de notre perception (...) Dimitri de Perrot nous fait découvrir notre existence en polyphonie.» – Luzerner Zeitung
«Soudain, la musique peut être vue.» – SonntagsZeitung
«Riche, coloré et ébouriffant – c’est MYOUSIC.» – DNA Alsace
«Quand les sons laissent libre cours à votre imagination.» Neue Zürcher Zeitung – NZZ
«Du surréalisme pour les oreilles.» Das Kulturmagazin 041
«Myousifique!» – Tages-Anzeiger
«Dimitri de Perrot – l’artiste suisse aux talents multiples.» – La Terrasse - Paris
«Une expérience touchante, collective and sensorielle.» – ParisArt
«MYOUSIC au 104 Paris: recommandation de la semaine!» – Les Inrockuptibles
«Myousic est un spectacle riche, coloré, pétaradant, et qui ne s’adresse de loin pas qu’aux amateurs de bruits bizarres. L’univers créé est incroyablement évocateur, parce qu’il nous raconte, nous, spectateurs.» – Vertigo, RTS
«MYOUSIC évoque le pouls du moment, le présent vivant.» – SRF Kultur Kompakt
«Cette performance sonore génère une mise en scène impressionnante.» – Die Rheinpfalz
«MYOUSIC – un formidable spectacle!» – Der Mannheimer Morgen


CREDITS
Concept, mise en scène, décors, musique : Dimitri de Perrot
Batterie et musique : Julian Sartorius
Dramaturgie : Sabine Geistlich
Design son et électronique : Andy Neresheimer
Création lumières : Tina Bleuler
Développement et réalisation décors : Ingo Groher
Costume design : Franziska Born
Oeil extérieur : Phil Hayes
Avec les voix de : Lara Barsacq, Laslo de Perrot, Tarek Halaby, Laurence Mayor, Gaël Santisteva, Fred Ulysse.
Musiques additionnelles et instruments : Hyazintha Andrej (Cello), Jonas Ehrler (Conductor strings), Michael Flury (trombone), Johanneschor Kriens (Choir conductor: Christov Rolla), Ephrem Lüchinger (Piano), Melina Murray (violin), Maria Scheidegger (violin)
Assistance Sample Editing : Peter Bräker, Dong Liu, Martin Scheuter
Assistance à la construction : Jorge Bompadre, Sarah Büchel, Nino de Perrot, Maxim Komarov, Wim Kolb
Régie lumière : Karl Egli, Pablo Weber, Benny Hauser, Barbara Widmer
Régie son : Felix Lämmli, Max Molling, Andy Neresheimer, Jay Schütz
Régie plateau : Jorge Bompadre, Pablo Weber
Direction technique : Pablo Weber
Think Tank et communication Studio DdP : Christoph Meier

Production déléguée: Studio DdP
Production : Zimmermann & de Perrot
Coproduction : Maillon, Théâtre de Strasbourg / Scène européenne • Pour-cent culturel Migros • La Bâtie - Festival de Genève • Les Théâtres de la Ville de Luxembourg • Südpol Luzern • Theater Chur • Zürcher Hochschule der Künste ZHdK
Avec le soutien de : Burgergemeinde Bern • Cassinelli-Vogel Stiftung • Corymbo Stiftung • Ernst Göhner Stiftung • Kultur Stadt Bern • Landis und Gyr Stiftung • Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture.
Merci à : Aroma, Schauspielhaus Zürich, Theater Neumarkt, Institute for Computer Music and Sound Technology ICST, Thierry Coduys, Olivier de Perrot, Jlien Dütschler, Willy Dütschler, Karen Smith, Peter Tillessen, Reeto Von Gunten

Dimitri de Perrot a créé Myousic en tant que Artist-in-Residence à la Zürcher Hochschule der Künste ZHdK

Résidence de fin de création au Südpol Luzern, première le 8 juin 2016.


Photo © Augustin Rebetez

A PROPOS DE MYOUSIC
Interview publié dans le programme de La Bâtie-Festival de Genève, Septembre 2016

Que raconte MYOUSIC?
Dimitri de Perrot: MYOUSIC parle de nos habi- tudes et notre perception du moment présent – de ce presque rien entre l’avant et l’après où évolue notre vie et qui, je pense, nous échappe si souvent. C’est une pièce sans acteur et, à première vue, sans mise en scène. Elle se ra- conte uniquement par l’écoute, et vu la grande réduction du visuel, par les images que le spectateur commence à se créer pour lui- même et à projeter dans l’espace qui l’entoure.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer cette pièce?
Que ce passe-t-il si ma curiosité découvre en moi des côtés méconnus, qui remettent en question tout ce qui m’était familier jusque là? Je me demande souvent si je désire être sur- pris, si je suis prêt à la nouveauté, ou si je re- cherche plutôt dans ce nouveau ce que je connais déjà. La question fondamentale qui m’a accompagné pendant ce travail était: jusqu’où je laisse les choses venir à moi, et jusqu’où je suis prêt de donner de moi pour découvrir quelque chose de vraiment nouveau.

Le public est littéralement plongé dans une instal- lation sonore. Quelles étaient vos sources d’inspi- ration?
La création en a plusieurs. L’inspiration la plus forte vient probablement des innombrables soirées sur scène, face à face avec le public, avec ses mouvements, ses réactions, ses pen- sées secrètes. J’ai toujours vu le public comme une sorte d’ensemble contemporain, qui a tout autant son rôle que les acteurs sur scène.

Cette pièce rompt avec les formes habi- tuelles du jeu de scène et ouvre de nouvelles possibilités à la perception. Est-ce typique pour votre travail?
J’ai toujours essayé d’entretenir et de dévelop- per un autre regard sur les choses du quoti- dien. Par exemple en faisant de ma platine mon propre instrument, ou dans le travail transdisciplinaire de Zimmermann & de Perrot. MYOUSIC bouleverse à nouveau les points de
vue lorsque le son prend la place prédomi- nante de l’image. Nous vivons une époque complexe pleine de changements et d’incerti- tudes, et je pense qu’il faut une certaine sou- plesse d’esprit et voir dans ces bouleverse- ments une nouvelle chance pour construire le futur. Peut-être que mon travail apporte une forme de sensibilisation, une certaine accep- tance pour l’inconnu, afin de rendre possible quelque chose de nouveau.

Quel est votre rapport au son?
Le son est ma matière première. J’en fait des images, des compositions, des univers. L’idée me plait de saisir un son fortuit pour créer quelque chose de nouveau. Les sons ne vivent que brièvement, mais leur résonance est sou- vent intérieure. Chaque son éveille des souve- nirs, des sentiments qui nous saisissent et peuvent nous transporter dans mille et une émotions.

Comment s’est passée votre rencontre avec Julian Sartorius ?
Julien est pour moi l’un des musiciens actuels le plus fascinant. Il est non seulement un fa- buleux batteur polyvalent, mais encore un partenaire incroyablement curieux, ouvert et généreux. Il y a quelques années, alors qu’il était en tournée avec Sophie Hunger, nous avons enregistré en studio. Cette rencontre était restée pour moi un merveilleux souvenir, et lorsque pour MYOUSIC j’ai voulu travailler sur le rythme, j’ai tout de suite pensé à lui.
Pour moi le rythme c’est le pouls, la pulsion et le temps. Le rythme est une base sur laquelle tout peut grandir.

MYOUSIC with Julian Sartorius
Photo © Augustin Rebetez

UNLESS
Photo © Adrian Huber

KLIRR @ Klang Moor Schopf
Photo © DdePerrot

MYOUSIC with Julian Sartorius
Photo © Augustin Rebetez

CHOUF OUCHOUF
Photo © Mario Del Curto

ÖPER ÖPIS
Photo © Mario Del Curto

HANS WAS HEIRI
Photo © Mario Del Curto

HOI
Photo © Mario Del Curto

GAFF AFF
Photo © Mario Del Curto

JANEI
Photo © Mario Del Curto

GOPF
Photo © Mario Del Curto

SCHAUFENSTER #1
Photo © DdePerrot

MYOUSIC with Julian Sartorius
Photo © Augustin Rebetez

MYOUSIC - Recording Sessions
Photo © Peter Tillessen

Concerts & DJ Sets
Photo © Unknown